Découvrez Fleur de feu !

Hostile au style

Amour Bleu

C’est un ange, il a sauté du bleu dans le vert un peu en même temps que moi. Il va incognito dans ce monde trop grand allumer des feux de joie et des feux d’artifice d’éveil. Ça lui sort des mains comme ça, il ne sait pas trop comment, il se rappelle juste qu’il sait le faire et que c’est tout. Tout ce que le ciel lui a donné. Il a les pouces bleus et ça lui pousse des idées intempestives, des histoires qui finissent bien, des objets beaux et curieux, des sourires réciproques, des envies de prêter son parapluie et de prendre le train jusqu’à la mer les jours de pluie. Ça passe à travers lui. Cela vient de lui-même, de Dieu et des autres anges - ceux de là-haut et ceux d’en-bas. Il écoute, il ferme les yeux, et il crée. Une fleur a poussé derrière son dernier pas.

Chez lui c’est plein de couleurs, d’ardeurs et d’images accrochées comme des rêves. La lumière scintille sur le carrelage. La pluie aime glisser un coup d’œil depuis l’extérieur de la vitre. Le thé aime infuser longtemps dans la cuisine et rependre son odeur délicieuse dans le vide alentour. Il n’y a pas grand chose, mais il y a tout, il y a les rires et la vie. La vie est partout et il aime l’honorer. C’est un travail délicat de tous les instants. Certains la négligent, la dénigrent, s’en moquent. Lui, pas. C’est une affaire sérieuse ! Honorer la vie, c’est un métier qui prend mille formes. Il en a choisit quelques unes, qu’il soigne et cisèle d’une main de maître. La vie, ça se plante, ça se sème et ça se récolte en silence. La vie, ça se parle, ça se débat, ça s’offre et ça s’écoute.

Il m’a rencontré. Aujourd’hui, il paraît que ça sera demain, mais je préfère utiliser le présent, parce que demain sera bientôt aujourd’hui. Je l’ai rencontré aussi. On s’est tout de suite reconnus. Le bleu des anges ne trompe pas. On s’est regardé pour rencontrer l’âme de l’autre. On s’est parlés pour dire la vérité. On s’est pris la main pour serrer nos pouces bleus l’un contre l’autre. On s’est serré l’un contre l’autre aussi. Et on a pris le temps. Maintenant qu’on s’est reconnus, l’urgence a cessé. Une autre urgence est née, douce et infinie. Celle des feux de joie et des feux d’artifices d’éveil bien sûr, mais aussi de tous les feux de vie, sources des yeux qui aiment, des gens oiseaux et des cœurs qui dansent. On s’écrit des mots farfelus tous les jours sur du papier recyclé, on invente de nouvelles manières de marcher ensemble, on se donne rendez-vous pour regarder le ciel au même moment à 100 kilomètres de distance. Il n’y a rien de plus farfelu que de dire et vivre la vérité. La mienne. La sienne. La nôtre.

On aime la vie et on s’aime. Bien sûr, là c’est résumé. Il faudrait beaucoup de mots pour expliquer beaucoup mieux de quoi il en retourne. Ces mots ce sont des gestes et des paroles qu’on a tous les jours. Si vous nous observez, vous comprendrez.


 

 

Ajouter un commentaire Signaler une erreur PDF imprimable

 

Commentaires

Aucun pour le moment.