Flora dans Spered Gouez !

Hostile au style

C'était une belle mosquée


Vous voyez le mur là-bas... c'est tout ce qu'il reste de la mosquée de notre village.
C'était une belle mosquée aux murs de chaux blancs. J'aimais la contempler, admirer ce petit havre de pureté, voir le soleil se refléter au travers des moucharabiehs.


Dentelle ombragée sur la terre brûlante.


Je m'asseyais souvent sur un banc de bois. Un banc qui semblait être là depuis toujours. Un banc qui accueillait les marcheurs fatigués et rêveurs.
Le bois était frais, préservé par l'ombre odorante du grand citronnier. À la saison, les agrumes apparaissaient comme autant de promesses de rafraîchissement. La senteur acidulée, légèrement sucrée m'enivrait et évoquait pour moi les fins d'après-midi de mon enfance... lorsque, rentrant de mes escapades diurnes, je buvais le jus de citron que ma mère venait de préparer. Il y avait encore l'odeur fraîche de ses mains, l'effluve d'un vent sec et l'imperceptible parfum de la toile blanche où avait été entassés tous les citrons lors de la cueillette. La boisson gorgée de soleil me brûlait doucement l'œsophage et apaisait mon corps desséché. J'aimais ce goût à peine sucré mais j'appréciais par dessus tout le silence qui accompagnait ce qui était devenu un rituel : ma mère, assise en face de moi, désœuvrée, ses mains reposant mollement sur son tablier jauni. Son sourire, bonheur discret de m'offrir la simplicité, avait l'éclat des agrumes dans la lumière du soir. Ses mains tailladées par le travail, les coupures vite cicatrisées par le jus de citron attestaient des heures passées, courbée au dessus de la table, à couper les fruits en deux, libérer la pulpe de l'écorce, extraire la précieuse sève sans en perdre une seule goutte.


Ses mains marquées par le temps qui passe,
comme le banc patiné par les ans qui menacent.
Vestige boiteux d'un passé aboli.


Un pied du banc a été rongé ; de la sciure se mélange au sable que bientôt le vent balayera en un souffle inconscient.
À moins que ce ne soit le souffle d'une bombe, ce sifflement atroce, violence assourdissante. Chant strident du malheur qui, à l'aube, fit taire la psalmodie sacrée.


Non. Je n'entendrai plus le chant du muezzin.


C'était une prière adressée à Allah qui faisait vibrer mon petit banc de bois. Du haut de son minaret, l'aria bénie se répandait dans l'air chaud accompagnée de tous les sons porteurs de vie.
Pépiement des oiseaux. Choc sourd d'un citron trop mûr qui s'écrase sur le sol. Vrombissement d'une mobylette au loin, rires d'une petite fille aux cheveux bruns. Le bruit des dominos d'ivoire qui claquent sur la table. La rumeur des voix mâles qui s'estompe lentement.


Raclement des chaises sur les pierres répondant à l'appel à la prière.


Je me plaisais à observer la foi qui poussait tous ces êtres vers la petite mosquée aux murs de chaux blancs. Le muezzin chantait toujours, remplissant l'espace de sa voix vibrante de croyance. Les hommes, vêtus de leurs amples qamis, leur chechiya sur la tête, passaient devant mon banc et me saluaient poliment. Odeur légèrement musquée, se mêlant à celle du vieux citronnier.
Puis le chant déclinait tandis que le vent m'apportait quelques minuscules gouttelettes d'eau sacrée, reliquat des ablutions rituelles. Et ils disparaissaient un à un, leurs vêtements de toile blanche engloutis par la porte de la mosquée.


Seul le citronnier restait. Témoin immobile de ces moments de paix. Sous son ombre reposaient des dizaines de chaussures alignées en rangs serrés.


Un sifflement dans le ciel. Le souffle chaud comme du soufre sur la peau. Carnage. Plumes ensanglantées qui tombent par paquets. Les minarets explosent, l'aria se mue en un hurlement de douleur. Cri des sirènes. Le dôme s'effondre sur les hommes qui baisaient le sol. Rugissement de la paix mutilée à jamais. Des mains qui agrippent le vide, se crispent sous les débris, grattent sauvagement le sable. Le banc tremble. Les dominos, atteints par un fragment de bombe, explosent en une pluie d'ivoire. Le citronnier gémit. Je reste assis, sais que bientôt le calme reviendra, l'odeur des citrons recouvrira les miasmes de la mort, relents fétides d'une foi assassinée. Jusqu'à la prochaine bombe.


Un éclat de vitrail bleu taché du sang d'un des hommes qui me saluait toujours en passant devant le banc s'est incrusté dans ma peau. Comme pour m'accuser de ne pas être comme lui. Ou pour me demander de ne pas oublier.


Ne pas oublier que j'aimais contempler cette belle mosquée aux murs de chaux blancs, ma kippa sur la tête.

 

tags : Actualité, Conflit-israelo-palestinien, Guerre, Paix, Sensation, Souvenir

 

Ajouter un commentaire Signaler une erreur PDF imprimable

 

Commentaires

David dit :

Ca me fait penser à tous ces gens qui baignent dans un âcre mélange de paix et de violence. Union improbable que tu raconte pourtant ici. L'éclat de vitrail bleu... J'aime bien ce passage...

le 17 Fév 2010
Ady dit :

Il faut quand même que je te dise que j'ai pleuré en arrivant à la dernière ligne de ce texte...
Peut-être alors sauras-tu qui t'adresse ce commentaire...

Et pour les plus pressés qui iraient directement à la dernière ligne par curiosité, il faut que je les mette en garde de ne surtout pas le faire : ils y perdraient beaucoup.

Enormément

Bonne lecture, donc, de A à Z !!!

le 13 Mar 2010
Cinefille dit :

En tous cas, j'ai adoré ton poème (comme tous les autres en fait), il est magnifique, magique, envoûtant, musical,...J'arrête tu vas prendre la grosse tête !

le 02 Jui 2011
Ze poete dit :

Très joli texte. la chute est pertinente, donne une véritable dimension à ton texte. L'idée du citronnier est bien trouvé. Il s'agit d'une métaphore qui t'es propre. Cependant si ton texte se voulait entièrement sémite (islam, judaïsme... et christianisme), j'aurais fait référence à l'olivier. (Jésus avant sa crucifixion s'est recueilli dans un champ d'olivier). Voilà pour la référence.

cependant je ne crois pas que ton ambition était de réunir toutes les religions sémites. N'empêche que... ce sont tout de même les peuples chrétiens (occidentaux) qui tiennent les cordes du conflit israélo-palestinien. Tu as l'humilité de te limiter au deux acteurs direct du conflit.

Mais attention tout de même. Ce texte ici dénonce, montre du doigt. Mais ne propose pas grand chose d'autre que du désarmement. L'intention est belle et très bien faite. Bravo pour cela. Mais je crois, qu'il faudrait trouver de vraies solution. Se poser de réelles questions. C'est ce que je reprocherai à ton texte: c'est le cadrage. La forme est original, le fond stéréotypé. On montre la même chose. Au final, personne ne parle de l'Iran et des Etats Unis, qui en fait se mettent sur la gueule en terre sainte.

Voilà, joli texte sans réelle perspective. Je reconnais ma critique vache, et très sévère, mais pour un tel conflit, on ne peut se permettre de faire de la demi mesure.

le 02 Jui 2011
C. dit :

Sérieux Zepoete tu l'as toi la solution?
Le but de la poésie c'est de dénoncer pas de régler. Ce serait beau un conflit régler par un poème... mais faut pas trop rêver non plus.
Ensuite je pense pas que le but de Flora était de faire une dissertation sur le conflit, c'est pas non plus l'intérêt de la poésie.
Et l'olivier aurait certainement été plus judicieux... mais boire de l'huile d'olive c'est pas aussi appétissant que le jus de citron ^^

le 02 Jui 2011
C. dit :

Sérieux Zepoete tu l'as toi la solution?
Le but de la poésie c'est de dénoncer pas de régler. Ce serait beau un conflit régler par un poème... mais faut pas trop rêver non plus.
Ensuite je pense pas que le but de Flora était de faire une dissertation sur le conflit, c'est pas non plus l'intérêt de la poésie.
Et l'olivier aurait certainement été plus judicieux... mais boire de l'huile d'olive c'est pas aussi appétissant que le jus de citron ^^

le 02 Jui 2011
Baradon dit :

Tu t'attaques là à un sujet difficile mais source d'inspiration certaine car empli d'émotions. Ta plume le traite avec sa sensibilité coutumière, toute en retenue et en douceur malgré ce sujet violent et douloureux. Merci pour ce partage.

le 10 Nov 2017