Achetez Retour de Brume !

Hostile au style

Épilogue

J'ai senti le ciel s'effondrer sur nos cœurs
Dans l'ébranlement de la fin de ce monde
Le monstre tombe, s'effondre sur lui-même
Et c'est toutes nos vies qui tremblent et se convulsent
Le paysage ouvert comme une plaie béante
Cette fois, immobile, nous contemplons la fin
Nos âmes s'amenuisent sous les pluies de non-sens
Elles s'éclipsent en chantant, de l'espoir sur les mains
La terre se déchire sous le tarmac gelé
Et les maisons s'effondrent dans les jardins sauvages
Les pétales de vies sont jetées dans le vide
À la merci du vent et des courants contraires
Nos âmes étouffent, soudain, sous les coups de boutoirs
D'un monstre maladroit au cœur déboussolé
Dont l'haleine insensée exhale des fantômes
Au milieu des lueurs qui parsèment la nuit
Ne ressentez-vous pas ces battements de monde,
Les soubresauts fragiles de la vie bâillonnée ?
Ne comprenez-vous pas que sous cette hécatombe
Sous la ruine des âmes, la vie reprend ses droits ?
Tuez-nous, vous verrez
Notre sang brillera
Et c'est une forêt qui en rejaillira.
Flora Delalande


 

tags : Changement, Effondrement, Fin, Renaissance, Transformation, Univers, Vacillement, Évolution

 

Ajouter un commentaire Signaler une erreur PDF imprimable

 

Commentaires

Baradon dit :

Les images sont fortes et troublantes;

le 15 Oct 2018