Achetez Mosaïque(s)

Hostile au style

Fantômes des Villes

Illustration : UnAutreLapin

L'aube est encore pleine des soupirs de la nuit lorsqu'ils errent dans les rues. Fantômes des villes au regard vide. Gestes silencieux. Ils parcourent les trottoirs et volent des trésors. Des monceaux de richesses dans des ballots d'or noir.
Dans le brouillard timide, leur haleine tache le ciel et leurs mains, avides, raflent les biens d'autrui. Une étrange lueur, orange dans le ciel gris, dessine des ombres sur leurs visages fermés. En mouvements mécaniques, ils amassent leurs trouvailles dans les entrailles d'une bête qui grogne à côté d'eux. Leur besogne est réglée, calculée, presque chorégraphique. Les signes qu'ils se font n'ont pas besoin de cri et le monstre ronflant obéit sans broncher. Ils passent d'un porche à l'autre, dévalisent les immeubles de leur or éphémère. Leurs butins vomissent d'abondance, et le goût du méfait coule le long de leurs doigts.
Les habitants des villes dorment innocemment. Et la danse des voleurs continue sans un bruit.
Les larcins volent, d'un fantôme à l'autre, en un relais mystérieux, pour finalement échouer dans la gueule béante d'un Méphistophélès. La profusion déborde et vomit un jus brun qui traîne sur la route. Les lambeaux de pétrole froissés se déchirent entre les dents du monstre souverain et c'est une salive nauséabonde, des filets de bave poisseuse, qui dégoulinent le long des rues.
Et les fantômes dansent, jonglant avec leurs balles d'opulence écœurante.
Quand le jour sera là, la panse remplie d'une odeur méphitique, la chimère des villes digèrera sa proie dans un lieu inconnu.


 

tags : Fantastique, Monstre, Métaphore, Nuit, Ordure

 

Ajouter un commentaire Signaler une erreur PDF imprimable

 

Commentaires

ptitange23 dit :

Je te sens d'une humeur joyeuse dis moi^^

Comme souvent, j'aime beaucoup ce texte, concis, précis, efficace. Et ne serait que pour avoir casé "Méphistophélès", bravo!

le 29 Avr 2012
UnAutreLapin dit :

Je dois encore sentir les effets du médoc...

Je ne sais pas, j'ai des impressions de ramassage d'ordures, grattes-papiers pas réveillés croisant des promeneurs de chien pas plus réveillés. Et des trams, métros, balayeuses, voitures qui s'animent et se convulsent. Et tout ça sans que l'image soit précise, comme un matin qui débute trop tôt.

Je crois que certains matins, le fantôme qui me possède ressent ce genre de choses. Une vision impressionniste en noir-bien-trop-brun et de pas-trop-blanc sale, peinture exécutée avec un goût de café trop amer et de dentifrice mal rincé.

Humeur joyeuse, ouais :P

le 29 Avr 2012