Flora dans Spered Gouez !

Hostile au style

Fureur Immaculée

Illustration : Flora Delalande

J'ai des envies de meurtres, de tripes et de souillures.
Des envies indicibles qui se taisent.
Des pulsions invincibles qui se terrent.
Et ces pensées malsaines qui coulent comme un poison.
Je ne sais qui de nous brûlera en premier,
consumé, calciné, incendié et saigné.
Des ravins de viscères accrochés à tes os.
À vif.
À mort.
Pour rien.
Violemment inutile.
Ton corps en œuvre d'art, exposé sous le ciel en une sculpture de chair sous les yeux des corbeaux et des enfants de chœur.
Cette douce transparence des intestins vidés, passés à la javel de mes désirs givrés. Récuré, décapant, abstergé, détergeant. La pureté absolue d'une âme lavée du vice par la lame haruspice trempée dans le cyanure.
Le sang n'est pas la mort. La mort est translucide.
Je t'occirai de nuit, quand les corbeaux sont blancs et que les innocents rêvent sous les étoiles. Et la lune, mon ami, jettera sur ta face sa lueur opaline. Un éclat de lumière sur tes dents arrachées, si blanches encore, si belles, comme si elles souriaient. L'émail éclairera les cristaux de tes larmes sur tes joues, sur ta peau, tes phalanges, sous tes ongles. Et tes yeux ! Ah tes yeux ! Ces deux billes de cristal reflèteront l'acier.
Mortel.
Mon couteau acéré se glissant sans un bruit sous ton regard oblique.
Ne crie pas mon enfant. Viens donc contre mon cœur pour que je te rassure. Glisse ta petite main entre mes doigts d'artiste. Calme-toi et écoute cette douce berceuse : le chuintement du métal contre les globes de l'âme.

 

tags : Chirurgical, Cruauté, Massacre, Meurtre, Violence

 

Ajouter un commentaire Signaler une erreur PDF imprimable

 

Commentaires

Miketheonlyone dit :

J'AIME !! Surtout le début avec un rythme saccadé et violent, du à ma mise en page et la ponctuation. Par contre l'effet se perd après mais peut-être est-ce voulu? Si c'est le cas le passage à plus de douceur est trop abrupt à mon goût. Mais j'aime quand la poésie sort des sentiers battus de l'amour et la tristesse.

le 25 Avr 2012
ptitange23 dit :

Eh eh !! Un poème trash, qui change de tes habitudes !! J'adore !!! :) C'est vrai que - comme Mike - j'ai une petite préférence pour le début plus violent dans son rythme mais j'avoue que j'aime tout ! J'ai vraiment accroché à cette envie de meurtre ! ;)

le 25 Avr 2012
UnAutreLapin dit :

Ahhh... Ça tranche avec délice.

Marrant, je préfère la seconde partie, lorsque les mots perdent de leur contour formel et que le massacre devient acte naturel (et propre... Brrrr... ça ça fait peur).
"Je t'occirai de nuit, quand les corbeaux sont blancs". Miam!!

le 25 Avr 2012
coeur.de.sucre dit :

Un poème sensationnel dans le sens d' "à fleur de peau". Je frissonne en lisant cette cruauté perceptible et tangible. Tout à fait dans un style convaincant.

le 25 Avr 2012
C. dit :

Bon. ça me fait toujours penser à massacre à la tronçonneuse. xD
Sinon j'ai été surprise. Je savais que tu étais capable de faire du trash (c'est ressorti quelques fois dans nos poèmes communs ;) ) mais c'est vrai que là, ça change de d'habitude.
En tout cas je confirme, j'aurai pas voulu être là pendant que tu l'écrivais. ^^

Après pour un commentaire constructif que je t'ai (m'en veux pas, j'étais KO ^^) refusé hier, voici :

J'aime beaucoup le début qui ne laisse aucun doute. Entrée directe dans le vif en un long cri qui, paradoxalement, semble retenu.
Ensuite le cri se hache, s'étire, mais ne se hurle pas. Ces deux premières strophes sont fortes, violentes, choquantes. Evidemment bienvenues et elles ne s'essoufflent pas.

Par contraste le vers de la troisième strophe me gêne. Trop lourd, trop long, les images qu'il évoque n'ont rien à voir avec les précédentes. Il jure pour moi avec ce qui précède et ce qui suit.
La suite de la strophe est superbe, malgré quelques lourdeurs dès que les phrases s'allongent. Les images sont délicieuses. Comme l'autre lapin j'ai été saisie par les corbeaux blancs.

Le vers final est tout à fait malsain. On se dit "ah non! elle va pas nous faire le coup de la fin niaiseuse et adoucie...", bah non. ^^'

Bref je pense que si tu hachais un peu plus tes phrases longues ton poème y gagnerait.
Sinon ça met un bon coup dans la face, ça fait du bien! 8D

(Voila le commentaire de C.! j'espère qu'il te convient!)

le 25 Avr 2012