Découvrez Fleur de feu !

Hostile au style

La mélodie de l'écho

Un jour, Loëza avait cessé de parler. On avait cru son silence éphémère, comme une pause lorsque l'on reprend son souffle, un instant de repos avant le renouveau de la course. Mais plus un son ne sortit de son corps. Personne ne se rappelle de ses dernières paroles, personne ne se souvient des dernières pensées qui ont fait vibrer l'air.

Yann évoque souvent un dernier éclat de rire. Ce n'est peut-être qu'un artifice pour tenter d'oublier que le regard de Loëza se trouve maintenant bien au-delà du rire.

Serait-ce donc les paroles qui colorent le regard ?

L'éclat est toujours là.

Devant les interrogations et les peurs de ses proches, elle semblait lointaine, comme enfouie en elle-même, à des lieues du visible. Elle, si légère, si pure depuis son mutisme, semblait comme écrasée par le regard de ceux qui voulaient la voir parler. Les mots qui ne résonnaient plus dans sa poitrine étaient comme un écran entre elle et le monde, comme un amas de gravats inutiles et encombrants. Ses amis ne la comprenaient plus, se mettaient devant elle et agitaient l'air de mots dérisoires et de sourires forcés. Ils plantaient leurs regards dans le sien et s'acharnaient à la faire plier, entassant un à un les reproches qu'ils taisaient.

Leur silence était un mensonge. Le sien était une prière.


 

page / 6

Page suivante

tags : Beauté, Contemplation, Femme, Silence

 

Ajouter un commentaire Signaler une erreur PDF imprimable

 

Commentaires

Naniquolas dit :

D'un point de vue général, j'ai bien aimé. Un joli voyage. De belles images, qui se dégustent encore un peu après avoir fini le texte. La fin est plutôt réussie, même si un peu trop abrupte pour moi. Mais par moments je glissais un peu sur les mots, j'avais des impressions de redite, je manquais de surprises quoi. Les images et rebonds de phrases poéticoprosiques m'ont plutôt captivé par instants mais à la fin ils ne parvenaient plus à me surprendre, à m'emporter (peut-être y en a-t-il trop à la suite, du coup ça devient une routine ? pas très précis tout ça...). bref, je garde un très bon souvenir de ma lecture mais qui manquait un peu de couleurs.
Les points positifs : coup de coeur pour les mots qu'on retourne comme un gant ou une chemise. Et j'aime beaucoup le premier "Loëzza" et le second "Yann".

le 27 Avr 2012
Wen dit :

En règle générale: j'ai bien aimé :D
notamment les expressions avec les mots qui se perdent, s'oublient, etc...
après, j'avoue que j'ai aussi trouvé ça un peu lourd par moments, notamment la fin de Yann 1 et 2 et Loëza le dernier

le 27 Avr 2012
Brumepin dit :

Arf, je suis un peu déçu par ce texte! Tu avais laissé présagé mieux...
Je trouve que c'est trop long, je rejoins naniquolas sur de nombreux points! Certaines phrases sont trop alambiquées. Je trouve aussi que la manière dont tu traites ton sujet est assez prétentieuse et décevante. Tu opposes au silence, les mots. Et parce que ce torrent de mots est jugé impie, Loeza préfère renoncer. C'est décevant même si j'ai bien compris la morale. "Si ce que tu as à dire, n'est pas plus beau que le silence; alors tais-toi!". Je suis à moitié d'accord. Certaines personnes devraient se taire plus souvent effectivement, mais quelqu'un qui a la personnalité de Loeza, devrait parler plus souvent. Parce qu'il existe une belle musique. "Je ne connais pas plus belle musique, que celle des coeurs" Yasmin Khadra. J'aurai plutôt préféré un silence de contemplation, ou un silence de résistance. Mais pas un silence de renonciation...
Au niveau du fond, j'ai toujours du mal avec ces poèmes écrit en forme d'oracle. Ce n'est pas mon genre.

le 27 Avr 2012