Une avant première !

Hostile au style

Le monde

C'est étrange, le monde
Des amas de ferraille, des fils électriques
Des cubes de béton aux fenêtres de verre
Des tas de tôle rangés entre des lignes blanches
Et puis quelques moineaux qui picorent le trottoir
C'est étrange,
Des images immobiles, rectangles de lumière
Des voix qui ont perdu leur corps quelque part
Des lettres enfilées pour écrire des histoires
Et puis le rossignol qui s'en va en chantant
C'est
De voir la foule marcher en regardant ses pieds
Et de marcher soi-même comme la foule marche
De courir hors d'haleine dans les rues inutiles
Et puis chasser l'oiseau en criant des insultes
C'est étrange
C'est étrange le monde
Et plus étrange encore de se trouver ici sans même s'en rendre compte.
Flora Delalande


 

tags : Incompréhension, Urbain, Ville

 

Ajouter un commentaire Signaler une erreur PDF imprimable

 

Commentaires

Baradon dit :

Merci! Ce texte retranscrit bien mon rapport ambivalent à Paris. J'étouffe parfois de la froideur de cette cité mais surtout du froid qui t'envahit et te fait rentrer dans le moule au point de ne plus voir les oiseaux qui peuvent illuminer ta journée... si ce n'est comme des rats volants. Et puis, il y a tout le reste, les belles rencontres, les opportunités de voir, de lire, de contempler des choses qui peuvent faire lever la tête.

le 06 Nov 2017