Achetez Retour de Brume !

Hostile au style

Prière

Illustration : Sleyp

J'ai perdu ta lumière
La fumée de ton corps
Évanescent sous le ciel noir
Coule sur mon visage
Et brûle mes soupirs
Je fuis les souvenirs
De cette nuit trop brève
Morte à l'orée de l'aube
Par tes yeux rouges et ternes
Mes larmes prient pour toi
À genoux sous ton ombre
Gisant dans celle des arbres
Et sous nos corps trop lourds
L'air s'estompe
Je veux te respirer
Mais seule ton absence
Sculptera mon visage
La lisière de mes cernes
Sera notre cercueil
Et l'ornière de mes lèvres
La clef de nos souffrances
Libère-moi
Là-bas,
dans les méandres du ciel,
une mésange chante ta plus belle mort.
Les diamants ruissellent de son bec doré.
Libère-moi
J'ai les yeux bien trop vides
Et mon cœur est affreusement nu sous la beauté du monde.
Où es-tu ?
J'avais besoin de t'aimer.
Flora Delalande


 

tags : Espoir, Mort, Tristesse

 

Ajouter un commentaire Signaler une erreur PDF imprimable

 

Commentaires

ptitange23 dit :

Wow ! Je l'ai trouvé vraiment émouvant ton poème !! *_*

le 31 Mai 2012
UnAutreLapin dit :

"C'est triste
mais beau

Comme une mésange
Pas une bleue, non... Une charbonnière.
Blanche, dorée, les yeux cernés de noir
Juste assez fragile pour avoir l'impression de sentir son coeur battre dans le vent
Légère, portée par les vents froids de l'hiver.
Se réchauffant au détour de l'arbre, dans un creux
d'écorce. La rugosité protège. Elle a la force de l'orage.

Elle est protégée du soleil par les nuages
Une goutte de pluie empêche ses yeux de bruler. Oui, c'est surement de la pluie
cette eau tombée de nulle part. En chute libre. Abandonnée toute entière à son destin funèbre. Mourir contre la pierre, l'herbe, le bitume ou les toits d'ardoises patinées.
Elle coule à ses pieds, le long de son plumage qui a vieilli trop vite.
Mais se calant un peu plus au creux de l'aubier, respirant cette odeur de bois, l'odeur de la terre mouillée, elle sent que le repos vient enfin
D'ici peu un nouveau printemps, peut être
D'infimes frémissements dans les forêts et au creux des villes
D'autres becs claquent de froid
Et cette communion dans l'air glacé a des échos d'éternité."

(échange du 12/03/2011, au soir...)

le 31 Mai 2012
Miketheonlyone dit :

Ton texte m'a fait quelque chose poulix il est émouvant. On a envie de demander où est la suite mais finalement on a déjà tellement pris en soi qu'on se dit ouf c'est fini. Bravo.

le 31 Mai 2012