Découvrez Fleur de feu !

Hostile au style

Sur le chemin de fer

Le train roule et ronfle sur la voie
J'ai oublié mes frères de l'autre côté du monde, monsieur le contrôleur
J'ai oublié mes frères
Il faut que je descende
Il faut que je descende ils ont besoin de moi
Et moi j'ai besoin d'eux
Oui, moi, j'ai besoin d'eux
Bien plus besoin d'eux qu'eux n'ont besoin de moi
Si vous les voyez, monsieur le contrôleur, si vous les voyez
Courir le long des voies
Agitant leurs branchages
Grands, forts, frêles, souples et fiers
Dites-leur de monter
Voiture 16, place 63, ils sauront me trouver
Dites-leur que le cœur de la fille aux yeux verts
Frissonne comme une feuille quand elle repense à eux
Dites-leur que son cœur bat au rythme du leur
Dites-leur qu'il attend et qu'il est encore temps
Dites-leur de monter, monsieur le contrôleur,
Dites-leur de monter, ils ne monteront pas
Leurs chemins sont bâtis non de fer mais de terre
Et de lentes serpentes et de talus herbeux
Les chemins faits de fer ne sont pas faits pour eux
On ne quitte pas sa terre sans raison, monsieur,
On s'y accroche, on s'y arrime, on y puise sa force, sa sève
On ne quitte pas sa terre, même pour une tempête
Non, on ne la quitte pas
Le train roule et ronfle sur la voie
Dites-moi, monsieur le contrôleur
Dites-moi, vous dont c'est le métier
Les voyageurs ont-ils le cœur léger ?
À quoi bon partir, puisqu'on pourrait rester ?
Le train roule et ronfle sur la voie
Le train roule
Le train ronfle
Entre en gare
Bienvenue à Vaugirard

J'ai le cœur qui frissonne comme un bout de papier oublié sur le quai
Quand vous les reverrez, monsieur le contrôleur, ne leur dites pas ça
Dites-leur que mon cœur bat au rythme du leur et que je reviendrai
Flora Delalande


 

tags : Départ, Forêt, Gare, Train, Ville, Voyage

 

Ajouter un commentaire Signaler une erreur PDF imprimable

 

Commentaires

Baradon dit :

L'on suit le sillon de ta plume le long de ses rails poétiques avec un plaisir enchanteur. Quand, comme J.R.R Tolkien, on aime nos amis feuillus au point de les enserrer quelques instants pour un câlin lors d'une promenade, on ne peut être que séduit par cette prose qui leur rend hommage. Merci!

le 28 Aoû 2017
Jibouille dit :

Baradon évoque Tolkien... moi j'ai retrouvé l'écriture de Flora, avec une petite touche de Prévert, comme une influence. Et venant de moi c'est un compliment
Merci pour ce beau poème !

le 22 Oct 2017